La recherche à l'Université de Moncton : Deny Hamel

Deny Hamel
15 décembre 2017
Découvertes
La recherche à l'Université de Moncton : Deny Hamel

Depuis juillet dernier, l’Université de Moncton compte une nouvelle chaire : la Chaire de recherche du Canada en optique et informatique quantique. C’est un diplômé de l’Université de Moncton, le professeur Deny Hamel, du Département de physique et d’astronomie de la Faculté des sciences, qui en sera le titulaire. Ses recherches visent à étudier les propriétés quantiques de la lumière dans le but de pouvoir les exploiter pour le développement de nouvelles technologies.

« Dans mon parcours professionnel et scientifique, l’obtention de cette chaire de recherche du Canada représente un privilège et un accomplissement dont je suis très fier », affirme Deny Hamel.

« L’Université de Moncton jouit d’une tradition d’excellence en optique et en matériaux de pointe, et je me réjouis de contribuer à ce créneau de recherche avec mes travaux en optique et en information quantique, un secteur en plein essor. »

Originaire de Dieppe, le jeune professeur-chercheur est déjà un meneur dans son champ d’études. Il a fait partie de prestigieuses équipes de recherche à l’échelle nationale et internationale, et il compte à son actif plus d’une douzaine d’articles arbitrés qui ont été cités plus de 800 fois.

Deny Hamel a obtenu un B. Sc. en physique de l’Université de Moncton en 2008. Il a ensuite terminé sa maîtrise en 2010 et son doctorat en 2013, à l’Université de Waterloo, en tant que boursier Vanier, effectuant des recherches sur le développement de sources de photons intriqués. Il a poursuivi ses études sur l’information quantique comme chercheur postdoctoral à l’Université de Vienne, une plaque tournante mondiale pour l’optique et l’information quantique.

En juillet 2014, il a accepté avec beaucoup d’enthousiasme un poste de professeur adjoint au Département de physique et d’astronomie de l’Université de Moncton, son alma mater.

« Cela a toujours été un objectif pour moi et ma conjointe, également diplômée de l’Université de Moncton, de revenir dans la région. En ce sens, ce poste n’aurait pu tomber mieux. Le timing était parfait. Maintenant, avec la nouvelle chaire, je vais pouvoir me consacrer encore davantage à mes travaux tout en allant chercher des étudiantes et des étudiants animés par la recherche dans le domaine de l’optique et de l’information quantique. Durant mes années d’études à l’Université de Moncton, j’ai eu la chance de travailler en laboratoire avec des professeurs-chercheurs et cela s’est révélé très formateur et avantageux aux cycles supérieurs. »

L’obtention de la nouvelle chaire de recherche du Canada va permettre au professeur Hamel d’agrandir son équipe de recherche et de faire l’acquisition d’équipement spécialisé à la fine pointe de la technologie, notamment des détecteurs extrêmement sensibles qui permettent de mesurer d’infimes particules de lumière avec une formidable précision. La lumière a toujours joué un grand rôle dans le domaine des technologies de l’information.

Or, de récentes découvertes ont démontré qu’en exploitant les propriétés quantiques de la lumière, un nouveau type de technologies de l’information pourra voir le jour : l’information quantique. Celle-ci rendra possible, entre autres, l’élaboration d’un tout nouveau concept d’ordinateurs capables de résoudre des problèmes mathématiques entièrement hors de la portée des ordinateurs classiques.

Selon le professeur Hamel, les ordinateurs quantiques révolutionneront l’informatique, car ils pourront résoudre en quelques secondes des calculs qui occuperaient un ordinateur classique pendant plusieurs milliers d’années.

« J’adore le domaine de l’optique quantique, car au-delà de la recherche fondamentale qu’on y effectue pour comprendre la manière dont fonctionne la lumière, on travaille aussi sur quelque chose avec des applications concrètes. »

D’une durée de cinq ans, la nouvelle chaire cherchera à développer des méthodes pour contrôler la lumière quantique. Les résultats des travaux de M. Hamel permettront d’accéder efficacement aux propriétés quantiques de la lumière, facilitant ainsi le développement de nouvelles technologies, comme l’ordinateur quantique.

Les laboratoires de la Chaire du Canada en optique et information quantique sont situés à la Faculté des sciences dans le pavillon Rémi-Rossignol.