Mélissa Couture-Léger - B.SC.NUC. 2004, M. SC. (nutrition-alimentation) 2008

8 décembre 2015
Mélissa Couture-Léger - B.SC.NUC. 2004, M. SC. (nutrition-alimentation) 2008
Mélissa Couture-Léger - B.SC.NUC. 2004, M. SC. (nutrition-alimentation) 2008

Originaire de Petit-Rocher, une municipalité située le long du littoral de la baie des Chaleurs au Nouveau-Brunswick, Mélissa Couture-Léger vit maintenant à Moncton et occupe un poste de diététiste en nutrition clinique au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

« Je travaille dans le domaine de la néphrologie depuis environ cinq ans à la clinique de protection rénale », explique Mélissa. « Notre équipe intervient auprès de patients dont les fonctions rénales sont en train de se détériorer et nous cherchons à établir des régimes spécifiques pour éviter les complications et ralentir l’insuffisance rénale. Notre travail se situe beaucoup au niveau de la prévention et de l’éducation. »

Mélissa soutient qu’elle a toujours eu un grand intérêt à l’égard de la santé en général et celle de la communauté. Lorsqu’elle a entrepris ses études en nutrition à l’Université de Moncton, Mélissa avoue que tout un univers s’est ouvert à elle. Son programme coop lui a permis d’acquérir des expériences variées dans divers milieux, que ce soit en nutrition clinique, en nutrition communautaire, en gestion et même à l’international grâce à un stage qu’elle a effectué au Chili. Lors de sa maîtrise, c’est au Bénin que Mélissa a effectué un séjour pour réaliser son projet de thèse sur l’évaluation d’un programme de nutrition prénatale portant sur l’état nutritionnel des Béninoises enceintes et sur le poids de leurs enfants à la naissance.

Mélissa n’a que de bons souvenirs de ses années à l’Université de Moncton, qu’il s’agisse de la grande accessibilité des enseignants et de la qualité de leur enseignement, des amitiés qu’elle a nouées, ou encore de la vie étudiante vibrante. Elle a d’ailleurs été vice-présidente sociale du conseil étudiant de l’École des sciences de la santé et des services communautaires. Passionnée et très engagée, Mélissa Couture-Léger est aussi une agente de changement. Comme diététiste et mère de trois enfants, elle se dit préoccupée par le fléau de l’obésité au Nouveau-Brunswick et par la problématique de la malbouffe dans l’environnement alimentaire. Elle a donc décidé de passer à l’action en mettant sur pied, il y a quelques années, Diététistes en mission, un regroupement bénévole de diététistes professionnelles revendiquant des environnements sains dans la région du Grand Moncton.

« Diététistes en mission me permet d’exploiter une autre facette de ma profession que j’adore, la nutrition communautaire, et de faire bouger les choses dans mon milieu. »

Le regroupement s’est donné comme mandat de conscientiser la communauté à différentes problématiques d’actualité en nutrition et à l’importance d’une saine alimentation. Le regroupement veut aussi influencer et renforcer certaines politiques reliées à l’alimentation/nutrition de la population et renforcer le rôle des diététistes professionnelles dans la communauté en augmentant leur visibilité pour créer un climat de confiance.

« Nous avons fait des présentations au conseil municipal de Moncton pour sensibiliser nos élus et la communauté à l’importance d’améliorer l’offre alimentaire et l’accès aux aliments sains dans les parcs, lors d’événements municipaux, et dans les installations sportives et récréatives. Pour que les gens puissent se nourrir d’aliments nutritifs, encore faut-il que ces aliments soient offerts dans ce qu’on appelle l’environnement alimentaire », soutient Mélissa. Le zonage alimentaire autour des écoles pour limiter l’implantation de restaurants rapides est une autre des préoccupations des Diététistes en mission.

À l’automne 2014, les Diététistes en mission ont organisé à Moncton un « dialogue communautaire » fort stimulant qui réunissait différents intervenants de la province qui ont mis de l’avant des projets novateurs pour rendre l’environnement plus favorable à la saine alimentation dans leurs municipalités.

« Les possibilités d’agir sont nombreuses et nous croyons qu’il est essentiel que Moncton mette sur pied un comité dédié à l’amélioration de l’environnement alimentaire dans la ville. »

Mélissa et son groupe ont bien des projets en tête et sont bien déterminés à réussir leur noble mission.