France Daigle et Mathieu G. Caissie seront honorés par L’alUMni

France Daigle et Mathieu G. Caissie
1 juin 2017
Nouvelles
France Daigle et Mathieu G. Caissie seront honorés par L’alUMni

L’alUMni de l’Université de Moncton rendra hommage à deux de ses diplômés d’exception dans le cadre de sa Soirée Ovation, qui se tiendra le 19 octobre prochain, en décernant l’Ordre du mérite à France Daigle, B.A. 1976, et le prix Émergence à Mathieu G. Caissie, B.A.A. avec concentration finance 2003 et LL.B. 2007.

 

L’Ordre du mérite attribué à France Daigle

 

Pour souligner l’excellence et l’originalité de son œuvre ainsi que son apport exceptionnel au rayonnement de la littérature acadienne et au débat public, L’alUMni décernera ce prix à l’écrivaine France Daigle.

 

Depuis la parution de son premier roman, Sans jamais parler du vent, aux Éditions d’Acadie, en 1983, France Daigle s’impose sur la scène littéraire en devenant l’une des écrivaines les plus importantes de la francophonie canadienne.

 

« L’alUMni se réjouit de remettre cette distinction honorifique à France Daigle, écrivaine phare de la littérature acadienne moderne, dont la renommée s’étend bien au-delà des frontières de l’Acadie et du Canada, a déclaré le président de L’alUMni, Marc-Antoine Chiasson. Le talent indéniable de cette créatrice, dont l’œuvre a été couronnée de plusieurs prix prestigieux, rejaillit non seulement sur son alma mater, mais sur toute l’Acadie. »

 

L’Ordre du mérite est une distinction honorifique, remise annuellement, pour reconnaître la contribution exceptionnelle d’une ou d’un diplômé, qui par ses activités professionnelles et ses actions sociales, fait honneur à l’Université de Moncton et à sa profession. 

 

Le prix Émergence décerné à Mathieu G. Caissie

 

Le prix Émergence sera remis à Mathieu G. Caissie, conseiller en Francophonie multilatérale pour le gouvernement du Nouveau-Brunswick et premier fonctionnaire provincial à occuper ce poste en France, avec statut diplomatique. . Le mandat de M. Caissie à Paris consiste à permettre au gouvernement du Nouveau-Brunswick de prendre la place qui lui revient afin de collaborer pleinement et concrètement aux diverses instances de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), soit quelque 15 commissions et groupes de travail.

 

« Le travail soutenu et le lobbying diplomatique de M. Caissie à Paris renforcent le rayonnement du Nouveau-Brunswick et de l’Acadie en France, et au sein de la Francophonie internationale, a souligné Marc-Antoine Chiasson. Son leadership a contribué à l’avancement de dossiers déterminants pour la province, dont la tenue à Moncton et à Dieppe des Jeux de la Francophonie en 2021.

 

Institué en 2008, le prix Émergence a pour but de mieux faire connaître cette nouvelle génération de diplômés et diplômées qui se distingue dans différentes sphères d’activité, que ce soit en menant une carrière exceptionnelle ou encore en s’impliquant activement au sein de la communauté.

 


BIOGRAPHIES DES LAURÉATS 2017

 

France Daigle

France Daigle

Photo : Frédéric Gayer

 

France Daigle est l’une des figures marquantes de la scène littéraire acadienne moderne. Elle compte aujourd’hui parmi les écrivains acadiens les plus réputés et sa renommée s’étend bien au-delà de son Acadie natale. Son œuvre est étudiée au Canada, mais également aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas et en Belgique. Plusieurs anthologies littéraires accordent une place de choix à l’écrivaine.

 

Originaire de Dieppe, France Daigle a complété un baccalauréat ès arts de

l’Université de Moncton, en 1976. Elle a également effectué des études en photographie et cinéma à l’Université Ryerson de Toronto. Dans les années 70, France Daigle a été journaliste au quotidien L’Évangéline et traductrice chez Marine Atlantique. Elle a également travaillé pendant plus de 20 ans à la salle des nouvelles de Radio-Canada Acadie. Elle tient, depuis quatre ans, une chronique hebdomadaire dans L’Acadie Nouvelle.

 

C’est en 1981 qu’elle démarre définitivement son projet littéraire. Ses nombreux intérêts qu’il s’agisse du cinéma, de la chanson, du théâtre, de la photographie ont d’ailleurs influencé son style littéraire, qui s’est transformé au fil des publications, passant du registre poétique au romanesque.

France Daigle a publié 13 titres depuis la parution de son premier livre, Sans jamais parler du vent, aux Éditions d’Acadie, en 1983. Elle a aussi fait paraître plusieurs poèmes dans des revues, a signé plusieurs pièces de théâtre - quatre originales, deux à partir de ses livres et deux exercices courts - qui ont toutes été créées à Moncton, et a collaboré à divers projets de scénarisation. Ses six derniers romans ont été traduits en anglais et publiés chez House of Anansi Press, une maison d’édition de Toronto. D’ailleurs, For Sure, la traduction anglaise de son roman Pour sûr, a été en lice pour le prestigieux prix IMPAC Dublin.

 

L’excellence et l’originalité de l’œuvre de France Daigle ont été reconnues par de nombreux jurys au fil des années. Elle a été lauréate du Prix littéraire du Gouverneur général (2012); du Prix du lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick pour l’excellence dans les arts (2011); du Prix Champlain (2011); du Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie-Vie (1999 et 2012); et du Prix France-Acadie (1998). Elle a également reçu le prix Éloizes de l’artiste de l’année en littérature de l’AAAPNB en 1998, 2002 et 2014. En 1991, le gouvernement du Nouveau-Brunswick lui a décerné le prix Pascal-Poirier pour l’excellence dans les arts littéraires en français. En 2016, l’Université Mount Allison lui a remis un doctorat honorifique.

 

Mathieu G. Caissie

Mathieu G. Caissie

Photo : Harvey Studios

 

Originaire de Cocagne, Mathieu G. Caissie détient un baccalauréat en administration des affaires avec une concentration en finance et un baccalauréat en droit (LL.B.) de

l’Université de Moncton. Il possède également un diplôme d’études supérieures spécialisées en ingénierie politique de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence de l’Université Aix-Marseille III.

 

Mathieu G. Caissie a intégré la fonction publique du Nouveau-Brunswick en 2007 en tant qu’agent de projets au sein de la Direction de la Francophonie et des Langues officielles, au ministère des Affaires intergouvernementales, à Fredericton. En 2008, il est devenu conseiller en Francophonie multilatérale et c’est plus particulièrement à ce titre qu’il s’illustre et contribue au rayonnement du Nouveau-Brunswick dans la francophonie internationale, grâce à son leadership dans de nombreux dossiers. Ses fonctions l’ont mené à participer à plusieurs Sommets de la Francophonie : Québec (2008), Montreux (2010), Kinshasa (2012), Dakar (2014) et Antananarivo (2016).

 

Depuis 2014, le jeune fonctionnaire, en poste à Paris, assure ainsi une pleine et effective participation du gouvernement du Nouveau-Brunswick aux travaux des instances de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Son installation dans un bureau de l’Ambassade du Canada à Paris, en 2016, a consolidé la présence officielle de la province en France et auprès de l’OIF. Mathieu Caissie veille à promouvoir et à défendre auprès des interlocuteurs institutionnels diplomatiques et des pays francophones les intérêts de la province en matière de développement économique, d’éducation, de formation technique et professionnelle, des droits de l’enfant, de la langue française et de la diversité culturelle. Il assure les relations avec les acteurs directs de la Francophonie à Paris, notamment l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5 Monde, et l’Association internationale des Maires francophones (AIMF).

 

M. Caissie a été membre du conseil d’administration du YMCA de Fredericton, de 2011 à 2014. Il a été vice-président de la Fédération de la jeunesse canadienne-française et de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, et conseiller jeunesse de la Société nationale de l’Acadie.

 

Il s’est distingué en recevant plusieurs bourses d’études : la bourse Clément-Cormier de l’Université de Moncton, la bourse Hugh H. MacKay-James A. MacMurray, la bourse France-Acadie et la bourse de la Fondation pour l’avancement du droit au Nouveau-Brunswick.